Maladie de l’œil : l’uvéite 

L’uvéite est une maladie orpheline qui entraîne une inflammation de l’œil affectant la vision au point même de causer la cécité dans certains cas. Comme toutes les maladies de la partie sensible du corps qu’est l’œil, l’uvéite est un mal à prendre au sérieux. Dans cet article, nous vous disons tout ce que vous devez savoir sur cette maladie de l’œil.

L’uvéite : qu’est-ce que c’est ?

L’uvéite est une maladie orpheline conduisant à une inflammation à l’intérieur de l’œil. Elle affecte une ou l’ensemble des trois parties de l’uvée que sont :

  • l’iris : c’est cette partie qui donne la couleur des yeux ;
  • le corps ciliaire : situé à l’arrière de l’iris, il produit l’humeur aqueuse ;
  • la choroïde : elle située à l’arrière de la rétine.

L’uvéite est responsable de 10 à 15 % des cas de cécité dans les pays développés. Elle peut survenir à tout âge même si on note une fréquence chez les patients jeunes ou d’âge moyen. Pour mieux comprendre ce que c’est que l’uvéite, vous pouvez cliquer ici.

Quels sont les différents types d’uvéites ?

Selon leur localisation anatomique, on distingue plusieurs types d’uvéites. En premier lieu, il y a l’uvéite antérieure qui est la forme la plus fréquente. Ce type d’uvéite touche l’iris (iritis) et parfois, le corps ciliaire (iridocyclite). Pour l’uvéite antérieure, l’inflammation prédomine dans la chambre antérieure de l’œil.

Ensuite, nous avons l’uvéite intermédiaire qui affecte le corps ciliaire et les structures proches de celui-ci. Ici, l’inflammation est principalement localisée dans le corps vitré.

Le troisième type d’uvéite est l’uvéite postérieure qui affecte la choroïde (choroïdite). Cependant, l’inflammation choroïdienne touche aussi souvent la rétine adjacente lorsqu’elle est en contact direct avec elle (choriorétinite). Enfin, le dernier type d’uvéite est appelé panuvéite. Ici, les trois parties de l’uvée sont atteintes.  

Quels sont les symptômes de l’uvéite ?

L’uvéite peut se développer lentement, ce qui implique donc que pendant longtemps, aucun symptôme n’apparaisse. Mais, comme vous pouvez l’imaginer, les uvéites ont des symptômes différents selon leur localisation.

L’uvéite postérieure se manifeste généralement avec une myodésopsie qui correspond à la perception de corps flottants. Elle se manifeste également chez le patient par une perte de vision variable en fonction de la taille et de la localisation des lésions.

Quant aux uvéites antérieure et intermédiaire, elles se présentent avec des rougeurs et des douleurs oculaires, des larmoiements, une intolérance à la lumière ou encore une vision floue.

L’inflammation entraînée par l’uvéite peut apparaître uniquement dans un œil ou dans les deux yeux de façon simultanée ou séparée dans le temps.

Comment se font le dépistage et le traitement de l’uvéite ?

La plus grande difficulté que rencontrent les agents de santé dans le diagnostic de l’uvéite est d’en identifier la cause. En général, les examens qui permettent de confirmer le diagnostic sont l’examen à la lampe à fentes, l’ophtalmoscopie pour inspecter le fond de l’œil et la rétine. Pour détecter ou exclure d’autres maladies systémiques, l’ophtalmologue fait également des examens complémentaires tels que l’angiographie et des analyses de sang.

En ce qui concerne le traitement de l’uvéite, les options disponibles sont d’ordre médicamenteux. On fait rarement appel à la chirurgie. Le traitement choisi dépend notamment du patient, du type d’uvéite, des causes, de son intensité et de la présence ou non de complications.